Stop the Crop

For a sustainable, GMO-free future

Produits chimiques toxiques

La plupart des organismes génétiquement modifiés (OGM) sont conçus pour être résistants à l'herbicide Roundup, produit best-seller de Monsanto. Le principal ingrédient actif des herbicides Roundup est un produit chimique appelé glyphosate. Un certain nombre de variétés de plantes résistantes au glyphosate, également produites et commercialisées par Monsanto, sont actuellement en attente d'une autorisation de culture dans l'UE.

Etant donné que, à travers toute l'Amérique du Nord et du Sud, les agriculteurs sont confrontés à des problèmes croissants de mauvaises herbes ayant acquis une résistance au glyphosate, la société Bayer fait désormais la promotion de ses deux variétés résistantes au glufosinate, les présentant comme des alternatives aux OGM vendus par la concurrence. Elle en profite pour vendre aux agriculteurs ses trois herbicides associés, le Liberty, le Basta et le Ignite, qui complètent l'offre.

Tant le glyphosate que le glufosinate ainsi que les mélanges de produits chimiques qui constituent les herbicides Roundup, Liberty, Basta et Ignite, sont toxiques. Ils tuent toutes les plantes autres que celles qui ont été génétiquement modifiées pour résister au glyphosate et au glufosinate.

Monsanto affirme que le Roundup, et par extension le glyphosate sont sans danger pour la santé humaine et pour l'environnement. Toutefois, ce composant chimique est désormais analysé de plus près étant donné que des preuves se font jour qui semblent indiquer des effets potentiellement néfastes de son utilisation.

Problèmes environnementaux

La culture à grande échelle d'OGM résistants au glyphosate sur le continent américain a entraîné la propagation de "super-mauvaises-herbes" résistantes aux herbicides, qui ne peuvent plus être éradiquées par du simple glyphosate. Cela force les paysans à entrer dans une spirale sans fin. La résistance des mauvaises herbes aux herbicides augmente chaque année, les obligeant à dépenser toujours plus d'argent pour appliquer des quantités croissantes d'herbicides afin de préserver leurs cultures. Face aux mauvaises herbes résistantes, ils sont obligés d'employer des herbicides toujours plus toxiques, comme par exemple le dicamba et le 2,4-D.

Face à ces super-mauvaises herbes, Bayer fait la publicité pour ses variétés résistantes au glufosinate ainsi que pour ses herbicides au glufosinate, les présentant comme une alternative au RoundUp. Or le glufosinate est tout aussi néfaste pour la microbiologie des sols et est toxique pour un grand nombre d'animaux aquatiques, y compris les larves des palourdes et des huîtres ainsi que certains poissons d'eau douce.

Des études menées dans des fermes au Royaume-Uni démontrent également que les cultures résistantes au glufosinate réduisent le nombre et la diversité des plantes sauvages ainsi que des populations d'arthropodes, ce qui affecte les autres espèces qui dépendent de ces animaux et insectes. L'utilisation des OGM menace ainsi directement toute la biodiversité.

Et des experts sanitaires de l'UE ont déterminé qu'il existe un risque pour la santé sur le long-terme pour les mammifères exposés au glufosinate.

Le nombre sans cesse croissant de substances chimiques produites et utilisées finit par s'infiltrer dans les eaux de surface et les nappes phréatiques, détruisant la biodiversité et causant des dommages environnementaux, tant à l'échelle locale que mondiale. Ceci a également un impact sur les populations dans les pays en voie de développement qui vivent à proximité des grandes plantations d'OGM

Risques pour la santé

Les tests en laboratoire et les études épidémiologiques confirment que la composante principale de l'herbicide Roundup, le glyphosate, pose de sérieux risques pour la santé et l'environnement, causant entre autres des perturbations du système endocrinien (hormonal), provoquant la mort des cellules, endommageant l'ADN, générant des cancers, provoquant des malformations congénitales et des troubles neurologiques.

Certains de ces effets ont été observés suite à l'ingestion de doses très faibles, qui peuvent être mesurées de manière réaliste sous forme de résidus chimiques présents dans les aliments et les cultures fourragères ainsi que dans l'eau potable. Si les OGM sont autorisés dans l'UE alors le taux de contamination par le glyphosate et par le Roundup est susceptible d'augmenter.

Les personnes sont exposées au glyphosate à travers des aliments contaminés, mais aussi à travers l'eau et l'air, souvent à la suite de l'application d'herbicides dans les champs. Ce n'est pas seulement le cas sur le continent Américain, où les variétés «RoundupReady« sont cultivées sur une grande échelle. Les herbicides à base de glyphosate sont déjà largement utilisés en Europe, non seulement dans les champs par les agriculteurs, mais aussi par les autorités municipales sur les talus des routes, sur les trottoirs, dans les parcs, les terrains publics et établissements scolaires. Il est également largement utilisé par les jardiniers amateurs.

Le Roundup, le glyphosate et leurs résidus ont été détectés dans l'air, dans l'eau de pluie, dans les eaux souterraines et même dans le sang des femmes.

Le glufosinate ne s'en sort pas mieux - avec des impacts potentiels sur le développement embryonnaire précoce, ce qui peut entraîner des accouchements prématurés, des fausses couches et la mort des fœtus. Des recherches indépendantes confirment les effets de ce pesticide sur les embryons même à des doses très faibles.

Des tests de sécurité insuffisants

Le Roundup lui-même n'a pas été testé ou évalué pour sa sécurité dans le cadre du processus de réglementation de l'UE, qui s'est contenté d'analyser uniquement l'ingrédient glyphosate. Pourtant l'herbicide Roundup contient d'autres ingrédients chimiques qui le rendent beaucoup plus toxique que le glyphosate seul. Malgré cela, le Roundup continue à être vendu dans le commerce et utilisé par les agriculteurs et le grand public.

Le calcul de la dose maximale de «sécurité», définie pour l'exposition au Roundup et fixée par les organismes de régulation ne repose pas sur des données objectives et actuelles. Pire encore, l'UE a augmenté les niveaux tolérés de résidus de pesticides dans plusieurs variétés, comme le soja et les lentilles, multipliant ces niveaux par 50-200. En bref, la réglementation actuelle ne protège pas le public.

Les produits chimiques utilisés dans le modèle d'agriculture OGM sont toxiques et tout aussi peu durables et nuisibles pour l'environnement que ce modèle d'agriculture en lui-même. Or ce modèle génère une augmentation significative dans l'utilisation d'herbicides, ce qui augmente encore la pollution et les risques sanitaires pour les citoyens, tout en contribuant à la perte de la biodiversité. Les seules personnes qui ont tout à gagner dans ce modèle sont les grandes sociétés qui produisent les cultures résistantes aux herbicides ainsi que les produits chimiques nécessaires à leur croissance.

The re-authorisation is being sought by the Glyphosate Task Force (GTF), an industry platform uniting producers of glyphosate-based herbicides, whose members include Monsanto, Dow Agrosciences, Syngenta, and Barclay Chemicals. Richard Garnett, a lobbyist for Monsanto Europe, is chair of the Glyphosate Task Force.

The renewal process for glyphosate (every 10 years) was supposed to have taken place 2012 but was postponed as the authorities were 'too busy'. Germany acts as rapporteur to the EU for glyphosate, and had its draft assessment report ready by December 2013, that said glyphosate is not carcinogenic.

The ban will enter into force as from November 2015. The resolution was tabled by the animal rights party (Partij voor de Dieren). Already in 2011 the Parliament called on the government to ban all non-agricultural use of glyphosate, so including its use by municipalities or rail maintenance. But the Dutch government created lots of loopholes. Now a ban on the sale of glyphosate-based herbicides in garden centers is unavoidable. A huge victory!

  

Pages

In USA, between 1994 and 2006 glyphosate use per hectare of soybean grew by 250%. This report highlights the impacts of genetically engineered crops on pesticide use in the United States over the first thirteen years of GM cultivation. From the Organic Center.

The pesticide industry and EU regulators have known since the 1980s and 90s that Roundup, the world's best selling herbicide, causes birth defects – but have failed to inform the public.

This report, co-authored by international scientists and researchers, reveals that the GM-industry’s own studies (including research commissioned by Monsanto) showed that Roundup’s active ingredient glyphosate causes birth defects in laboratory animals.

Summary:

About the Stop the Crop campaign

This website and film present some of the dangers of GM-crops, and call for people across Europe and beyond to take action to stop them. We need a future of food and farming that benefits people and planet, and not the pockets of big business. We need to stop GM-crops from spreading across Europe. You can sign up for updates and alerts opposite.