Stop the Crop

For a sustainable, GMO-free future

Les cultures de plantes génétiquement modifiées sont-elles sans danger ?

Partout où elles sont cultivées, les variétés génétiquement modifiées (OGM) sont associées à une augmentation massive de l’emploi d’herbicides, l’expansion de pratiques agricoles en monoculture et une augmentation exponentielle des couts tout au long de la chaine alimentaire. Les impacts sociaux, environnementaux et économiques qui en découlent sont sévères – contribuant au fait que des petits paysans perdent leurs terres et leur modes de subsistance et échouant dans leur objectif affiché, qui est celui de combattre la faim. Mais comment a-t-on décidé que la culture en plein-champ de variétés OGM est sans risque ? Les variétés OGM sont-elles vraiment sans danger? 

Evaluation des risques

L’Agence européenne de sécurité alimentaire (AESA/EFSA) est responsible de l’évaluation scientifique des risques associés à la culture de ces variétés et son opinion a du poids tant vis-à-vis des gouvernements nationaux que de la Commission européenne, qui sont les instances de décision finales en matière d’autorisation de culture de nouvelles variétés d’OGM. Toutefois, l’inocuité des variétés OGM actuellement à l’étude ne sera pas évaluées de manière suffisamment stricte pour garantir qu’elles sont sans danger pour les humains et pour l’environnement.

La législation actuelle autorise les études d’inocuité des variétés OGM menées par les mêmes entreprises qui produisent ces variétés, et non par des laboratoires indépendants. Cela soulève des doutes sur la qualité des données prises en compte dans ces études et sur le fait que les résultats peuvent être biaisés ou faussés. En effet, une entreprise commerciale ne publiera pas une étude qui démontre qu’il y a un problème avec ses produits.

En outre, l’équipe de scientifiques travaillant sur les OGM au sein de l’agence AESA comprend des personnes ayant des liens d’intérêt avec l’industrie des biotechnologies, ce qui représente un conflit d’intérêt évident. Par ailleurs, une partie majeure des critères d’évaluation a été développée par le International Life Sciences Institute (ILSI) – un groupe de lobbying fondé par des entreprises comme Monsanto, BASF et Syngenta. Jusqu’à présent chaque OGM analysé par l’AESA a reçu un accord positif, ce qui est en contradiction flagrante avec les opinions des experts dans les agences nationales de sécurité alimentaire et celles des experts indépendants.

Tant la manière questionable par laquelle est évaluée l’inocuité des nouvelles variétés OGM que l’opacité du processus de prise décision pour autoriser la culture des variétés OGM soulèvent des questions sérieuses sur les véritables objectifs de la Commission Européenne et de l’AESA – qu’est ce qui compte le plus pour eux: les profits de l’industrie ou bien la protection de la santé publique et de l’environnement ?

Source: www.testbiotech.org/en

People in 18 countries across Europe have been found to have traces of the weed killer glyphosate in their urine, show the results of tests commissioned by Friends of the Earth Europe and released today.

The findings raise concerns about increasing levels of exposure to glyphosate-based weed killers, commonly used by farmers, public authorities and gardeners across Europe. The use of glyphosate is predicted to rise further if more genetically modified (GM) crops are grown in Europe.

(Reuters) - Pigs fed a diet of only genetically modified grain showed markedly higher stomach inflammation than pigs who dined on conventional feed, according to a new study by a team of Australian scientists and U.S. researchers.

Campaign and film launched to halt expansion of GM-crops

The European Commission is currently considering reviving talks on 25 new GM-crops for cultivation in Europe – including crops resistant to the pesticide RoundUp and insecticide-producing varieties of GM maize, soybean and sugarbeet. The groups claim that such a move would drastically change farming in Europe, leading to a big increase in pesticide use, contamination of conventional and organic crops and further industrialisation of the countryside.

Pages

A case study from Brazilian soybean production on the impacts of pesticide use and the emergence of glyphosate resistant weeds. From Meyer D. E. and Cederberg Ch and the Swedish Institute for Food and Biotechnology.

A register documenting over 300 cases of contamination worldwide.

The pesticide industry and EU regulators have known since the 1980s and 90s that Roundup, the world's best selling herbicide, causes birth defects – but have failed to inform the public.

This report, co-authored by international scientists and researchers, reveals that the GM-industry’s own studies (including research commissioned by Monsanto) showed that Roundup’s active ingredient glyphosate causes birth defects in laboratory animals.

Summary:

Pages

About the Stop the Crop campaign

This website and film present some of the dangers of GM-crops, and call for people across Europe and beyond to take action to stop them. We need a future of food and farming that benefits people and planet, and not the pockets of big business. We need to stop GM-crops from spreading across Europe. You can sign up for updates and alerts opposite.